Le temps des sucres à La Maison amérindienne


Mont-Saint-Hilaire, le 6 février 2017 – L’hiver est confortablement installé que La Maison amérindienne doit déjà penser à se préparer pour Sikon, le « pré-printemps », comme le dise les Atikamekws. Lorsque les nuits sont encore glaciales et que la lumière du jour fait grimper la température au-dessus du point de congélation, la saison du dégel fait sortir la flore de son repos du grand froid en laissant la sève remonter lentement dans les arbres. C’est alors que les érables se mettent à nouveau à couler, au grand bonheur des becs sucrés.

Temps des sucres - La Maison amérindienne

 

Les traditionnelles cabanes à sucre et l’industrialisation moderne des érablières font croire à un grand héritage européen de l’exploitation des érables, mais l’histoire admet sans hésiter les origines amérindiennes de cette connaissance de la forêt nord-américaine. Depuis des siècles, bien avant l’arrivée de Jacques Cartier ou de Christophe Colomb en Amérique, les Premières Nations savouraient les confiseries offertes par la Terre Mère. Elles entaillaient les érables au « pré-printemps » pour recueillir l’eau dans des contenants déposés sur la neige au pas de l’arbre. Sur le territoire québécois, elles faisaient bouillir cette eau dans des pots d’argile – chez les Iroquoiens – ou en écorce de bouleau – chez les Algonquiens – pour obtenir le sirop, la tire ou le sucre d’érable.

 

Les méthodes ont évolué à travers les âges, et notre patrimoine s’en est enrichi. Pour perpétuer la tradition et rappeler les grands héritages, La Maison amérindienne propose tous les samedis et dimanches des mois de mars et d’avril une expérience du temps des sucres alliant découvertes culturelles et gastronomiques. Au menu, la marmite du chef – un potage de citrouille – accompagnée de banique – un pain amérindien. Comme plat principal, une salade de maïs aux herbes des montagnes et des hauts de cuisse de poulet marinés dans le sirop d’érable et les herbes sauvages servis sur un lit de riz sauvage et de riz blanc. Le repas est complété par une pointe de notre célèbre tarte au sucre sans croûte cuisinée selon une recette atikamekw accompagnée de thé, café ou tisane.

 

Temps des sucres - La Maison amérindienne

Pour satisfaire les gourmands et les cœurs d’enfant, une dégustation de tire sur la neige est offerte avant de parfaire l’expérience par une animation muséale plongeant dans les légendes amérindiennes du temps des sucres entrainant le chant et la danse. Les visiteurs sont ensuite libre de se promener sur les sentiers de l’érablière, à pied ou en raquette.

 

Le forfait à 25 $ par personne comprend le repas, la tire sur la neige, l’admission au musée, les animations et le service. Sur réservation seulement. Renseignements et réservations : 450 464-2500 ou animation@maisonamerindienne.com.

 

En 2008, La Maison amérindienne et son érablière ont été désignées par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada, comme le seul lieu de référence historique nationale des Produits de l’érable pour l’origine de l’acériculture. Par le biais de son exposition permanente De l’eau…à la bouche, l’institution muséale retrace l’évolution de l’acériculture au pays depuis sa découverte par les Amérindiens jusqu’à l’essor des cabanes à sucre modernes.

© journalinternet.com 2016