Une culture philanthropique bien vivante


Saint-Jérôme, 14 juin 2017 – La Maison Aloïs Alzheimer se mobilise dans la collectivité des Laurentides pour appuyer les proches de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de maladies apparentées

afin qu’ils puissent bénéficier de moments de répit et se livrer à leurs occupations quotidiennes. Il n’est pas sans rappeler que les activités orchestrées au centre de jour permettent aux individus atteints par la maladie de stimuler leurs facultés cognitives et de favoriser un renforcement du tissu social. Lors de sa quinzième assemblée générale annuelle du 8 juin dernier, la Maison Aloïs Alzheimer a profité de cette circonstance pour notifier les membres de la communauté au sujet de différentes nouvelles mobilisatrices. Lumière sur ces communications.

UNE FOIS DE PLUS, L’ORGANISME BRILLE SOUS LES FEUX DE LA RAMPE

Claire Filiatrault, bénévole de l’année de la MRC de La Rivière-du-Nord

Les bienfaits du bénévolat ne sont plus à prouver, tant chez l’individu que chez les organisations qui accueillent les bénévoles. Chez les personnes vieillissantes, entre autres, l’allocentrisme par l’entremise du bénévolat permet de poursuivre l’exercice de son métier avec moins de contraintes, et aux organisations – communautaires – de réaliser des économies substantielles. Madame Claire Filiatrault, octogénaire originaire de Sherbrooke et retraitée d’une carrière de préposée aux bénéficiaires, exerce le bénévolat à la Maison Aloïs Alzheimer, qui se trouve bien loti de la compter parmi ses bénévoles loyaux, et ce, depuis 1997 ! Ses actions altruistes à foison lui ont valu le titre de bénévole de l’année 2017 de la MRC de La Rivière-du-Nord pour lequel elle sera honorée lors des festivités de la Journée internationale des aînés le 1er octobre prochain. Il s’agit de la troisième année que le bénévole de l’année fait partie de la famille affable de l’organisme.

LE VENT DANS LES VOILES POUR L’ORGANISME

Projet d’ouverture d’une seconde Maison

Considérant la population vieillissante et l’engouement pour la nature des services offerts par l’organisme, celui-ci envisage la forte potentialité d’édifier une seconde Maison pour pallier la demande grandissante de soutien et de délassement auprès des personnes affectées directement ou indirectement par l’alzheimer. Sachant que cette maladie, manifestée par une altération cognitive, représente 70% des cas de démence et que plus de 25 millions d’individus en souffrent dans le monde, avec le double attendu pour 2020 (Moussard, 2012, p. 3), l’organisme souhaite une fois de plus répandre son appui et sensibiliser la population sur l’importance du répit chez les proches aidants. Notons que la Maison Aloïs Alzheimer est à la recherche de partenaires pour appuyer financièrement ce projet.

Allongement des heures d’ouverture

En plus de cette nouvelle encourageante pour l’expansion de l’organisme, les proches aidants et les participants pourront désormais bénéficier d’un allongement des heures d’ouverture de la Maison Aloïs Alzheimer – de 8 h à 17 h 30 –, dans le but de répondre aux besoins des proches aidants sur le marché du travail.