Mariette Rousseau‐Vermette et Claude Vermette à Sainte‐Adèle

Mariette Rousseau‐Vermette et Claude Vermette à Sainte‐Adèle
La première rétrospective consacrée à deux artisans de la modernité québécoise

Sainte‐Adèle, le 7 avril 2017 – Organisée et mise en circulation par le Musée d’art contemporain de Baie‐ Saint‐Paul, l’exposition Mariette Rousseau‐Vermette et Claude Vermette : artisans de la modernité québécoise met à l’honneur deux artistes laurentiens avec la présentation d’une magnifique rétrospective consacrée à ce couple d’artistes, en parcourant plus de cinq décennies de création. L’exposition sera présentée du 7 avril au 15 mai 2017 à la Place des Citoyens de Sainte‐Adèle.

ATELIERS CROISÉS

René Viau, commissaire de l’exposition, et Serge Murphy, chargé de projet, ont rassemblé des œuvres de Claude Vermette (objets d’art, pièces de faïence, encres, aquarelles, céramiques) et de Mariette Rousseau‐ Vermette (tapisseries) afin de constituer un parcours complet du travail créateur du couple mythique de Sainte‐Adèle.

L’art de Mariette Rousseau‐Vermette (1926‐2006) et de Claude Vermette (1930‐2006) témoigne d’un nouvel art de vivre qui voit le jour au Québec à partir de la fin des années 50. Prenant le plus souvent la forme d’œuvres murales et de tapisseries, leurs réalisations parfois monumentales s’intègrent très souvent au contexte architectural. Ces œuvres demeurent tributaires de cette idée si caractéristique de la « Révolution tranquille » d’aligner la production culturelle avec le progrès social.

En même temps, ces artistes concrétisent durant les années 60, alors que des changements parfois déstabilisateurs se manifestent, un mariage des valeurs modernistes et de l’artisanat traditionnel tandis que l’on cherche alors à exprimer une identité culturelle à la fois hyper‐contemporaine et respectueuse du passé.

L’exposition approche la production de ces deux artistes qui s’échelonne sur plus de cinq décennies en une série de « chapitres » thématiques. À travers un parcours chronologique, de tels accès permettent des regroupements entre les œuvres de ce couple d’artistes. La mise en forme respecte l’individualité de chaque protagoniste. Ce qui est suggéré au‐delà des caractéristiques propres à chaque démarche, c’est un esprit commun, de fortes affinités et correspondances, des liens bien sûr affectifs et intellectuels, un même contexte historique et sociologique et la traversée d’une période importante de notre histoire récente.

LES VERMETTE À SAINTE‐ADÈLE

De retour d’un séjour d’études et de découvertes en Europe, Mariette Rousseau‐Vermette et Claude Vermette se marient à la fin de novembre 1952. Claude est invité à enseigner au Centre d’art de Sainte‐ Adèle, où le jeune couple s’installe. Par la suite, cette institution nouvellement mise sur pied et qui dynamise l’importante colonie artistique de la petite ville propose à Mariette d’enseigner l’art textile. Mariette Rousseau‐Vermette : « Le Centre d’art a fait beaucoup pour nous. Et nous, cela nous a aussi éveillés. Mais après quatre ans, nous nous sommes rendu compte que nous devions nous consacrer à part entière à notre recherche et nous avons quitté l’enseignement ». Les Vermette trouveront à Sainte‐Adèle un climat propice à leurs créations tandis qu’ils ne cessent de s’inspirer du spectacle de la nature laurentienne

Résidant à Sainte‐Adèle jusqu’à leur décès en 2006, le couple rayonne au‐delà des frontières du pays.