Mario Fauteux - Parti Québécois, où en sommes-nous? Où...


Parti Québécois, où en sommes-nous? 

Où allons-nous?
Le peuple a parlé le 1er octobre 2018. 

Aujourd’hui on se doit d’abord de féliciter les nouveaux élus et aussi, tous ceux et celles qui se sont présentés. Souhaitons la meilleure des chances « au nouveau gouvernement ». 


D’un autre côté, depuis le référendum de 1995, le Parti Québécois recueille constamment de moins en moins de votes lors des élections. Nous avons remplacé le débat sur un projet de société souverainiste de Jacques Parizeau, par un débat sur la mécanique référendaire et des conditions gagnantes de Lucien Bouchard. 

De « souverainistes », nous sommes devenus «référendistes» sans trop savoir pourquoi faire la souveraineté. Le nationalisme québécois, la culture, le patrimoine, l’histoire, la langue ont été tassés progressivement par la survie de la planète, sans trop se préoccuper de qui nous sommes. Nous n’avons retenu qu’une seule phrase du discours de Parizeau sur la défaite référendaire le soir du 30 octobre 1995 « à cause de l’argent et une poignée de votes ethniques ». 

Nous avons oublié la phrase la plus importante de son discours; « Ne laissez jamais tomber les jeunes !» Au lieu de cela, nous les avons pris pour acquis comme s’ils étaient «automatiquement là pour remplacer les aînés fédéralistes avec le temps»…

Vingt ans après le rêve du grand soir référendaire pour le OUI, force est d’admettre, que ce rendez-vous fut manqué pour quelques générations. En 2018, avec le pire résultat du PQ depuis sa création, nous sommes à la croisée des chemins. La souveraineté doit-elle rester l’article 1 du programme? De quelle façon devons-nous traiter cette question? Avec qui? Le PQ doit-il disparaître ou se fusionner avec d’autres partis ? 
Personnellement, je compte laisser « la relève » prendre le leadership de ces questions et de se dessiner un Parti d’avenir à leur image et à leur ressemblance. 

Faisons confiance à nos enfants et ceux et celles qui les accompagnent, et qui les suivent, pour y répondre…À nous de les appuyer !

© journalinternet.com 1998